Déclaration de Viet Tan au Siège de Formosa

Le porte-parole de Viet Tan a fait une déclaration devant le siège de l’entreprise Formosa Plastics à Taipei concernant la récente catastrophe environnementale survenue au Vietnam.


10 août 2016

En Avril, des tonnes de poissons morts ont commencé à être rejetées le long du littoral centre du Vietnam. Depuis plus de deux mois, les autorités vietnamiennes et l’aciérie ‘Formosa Ha Tinh Steel’ n’ont apporté que des réponses fausses et contradictoires. L’accord confidentiel de règlement amiable annoncé le 30 juin par le gouvernement de Hanoi et Formosa souligne le manque de transparence dans la gestion de la catastrophe environnementale.

Nous, en tant que vietnamiens, nous demandons à ce que Formosa publie ses résultats d’enquête et s’engage à un profond nettoyage de l’environnement du Vietnam. En engageant sa responsabilité dans la vie sociale du pays, la société Formosa pourra réparer les dommages qu’elle a créés et veiller à ce que l’image de Taiwan ne soit pas injustement ternie. Les Taïwanais apportent beaucoup au Vietnam et il est important que les gens soient conscients de leurs contributions, d’autant plus que Taipei engage une politique dirigée vers le sud.

Mais Formosa n’est pas la seule impliquée dans cet incident. Les autorités vietnamiennes doivent faire preuve d’une plus grande transparence et publier un rapport d’enquête. Les activistes vietnamiens et taiwanais sont parties prenantes et en tant que telles peuvent travailler ensemble pour demander la responsabilisation par chacune des parties et que les victimes de la catastrophe écologique soient entièrement indemnisées.

Ici, devant le siège de Formosa, je fais écho à ce que mes compatriotes vietnamiens n’ont eu de cesse de demander : Les poissons ont besoin d’une eau propre, le peuple a besoin d’être proprement gouverné.

Derniers articles

Rapport sur les tortures et violences policières au Vietnam

Ces données, collectées de sources publiques, permettent d’identifier les responsables de ces actes de torture pour d’éventuels inculpations, procès ultérieurs selon la Convention Contre La Torture que le Vietnam a signé en 2015.