Les Nations Unies qualifient d’ « arbitraire » la détention d’une militante vietnamienne

Viet Tan|18/11/2016|Communiqués de Presse|

17 novembre 2016

Contact : Duy Hoang +1.202.596.7951

Dans une victoire pour la liberté d’association au Vietnam, le Groupe de Travail des Nations Unies sur la Détention Arbitraire (UNGWAD) a appelé à la libération immédiate de la militante et photojournaliste vietnamienne Nguyen Dang Minh Man.

Membre de l’organisation pro-démocratie Viet Tan, Minh Man a photographié des images du slogan « HS.TS.VN » à travers le Vietnam pendant le mouvement affirmant les revendications vietnamiennes sur les îles Paracel (Hoang Sa) et Spratly (Truong Sa). Elle a été arrêtée en 2011 pour « subversion » et condamnée à huit ans de prison plus cinq ans d’assignation à résidence. Dans son avis n ° 40/2016, le Groupe de Travail des Nations Unies a demandé la libération inconditionnelle de Mlle Minh Man et un dédommagement pour sa détention arbitraire.

Minh Man, âgée de 31 ans, a été arrêtée en vertu de l’article 79 du Code pénal de la République socialiste du Vietnam qui est « vague, trop large et qui est utilisé pour restreindre l’exercice des droits de l’homme » selon le Groupe de Travail des Nations Unies. Le Groupe de Travail a également fait part de ses préoccupations concernant le bien-être physique et mental de Minh Man, appelant les autorités de Hanoi à respecter le Pacte International Relatif aux Droits Civils et Politiques dont le Vietnam est signataire.

Le Groupe de Travail a conclu que « son arrestation et sa détention n’étaient pas liées à une menace pour la sécurité nationale. Elle a plutôt été détenue pour restreindre la diffusion de documents qui critiquaient le gouvernement et qui attiraient l’attention sur des questions d’actualité. »

En réponse à la pétition déposée par l’ONG anglaise Media Legal Defense Initiative (MLDI), l’ONU a noté que malgré le fait que le gouvernement accusait Viet Tan d’être une organisation terroriste, le jugement du Tribunal Populaire a mentionné les activités « non violentes » de Viet Tan.

Viet Tan se félicite des conclusions rendues par le Groupe de Travail. Nous demandons instamment aux Nations Unies de charger un Rapporteur Spécial d’examiner les cas de tous les citoyens vietnamiens arrêtés arbitrairement pour avoir exercé leurs droits fondamentaux. À l’approche de la Journée Internationale des Droits de l’Homme, le 10 décembre, la communauté internationale doit continuer à faire pression sur le gouvernement communiste vietnamien pour libérer tous les prisonniers politiques.