NOS CONCEPTS FONDAMENTAUX

DEUXIEME PARTIE :
LES CONCEPTS FONDAMENTAUX

Viet Tan prône une révolution dans tous les domaines afin d’établir la démocratie et rénover le Vietnam. En d’autres termes, Viet Tan met tout en oeuvre pour mettre fin à la dictature actuelle en même temps qu’il prépare les mesures de rénovation du Vietnam.

A- LE BUT DE LA RÉNOVATION

Le but de la rénovation est de faire du Vietnam “Un peuple prospère, une nation puissante”.

“Un peuple prospère” ne signifie pas simplement des richesses matérielles. Aussi, le futur Etat vietnamien devra tout mettre en oeuvre pour assurer un développement durable et équitable pour tous, pour que chaque Vietnamien ait accès à l’emploi, jouissent du fruit de son travail, mais aussi pour que les Vietnamiens aient une vie spirituelle riche, se comportent en êtres responsables, développent leur esprit d’initiative, d’autonomie, de solidarité et de tolérance.

“Une Nation puissante” ne signifie pas que le Vietnam doit simplement disposer d’une puissante armée. Selon les fondateurs, un pays puissant est un pays respecté et écouté sur l’échiquier mondial. Un pays puissant est avant tout celui qui dispose d’une économie performante et innovante, capable de mobiliser l’ensemble des forces vives de la nation, est en situation de coopérer sur un pied d’égalité avec tous les autres pays, et capable de défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale.

A travers la vision “Un peuple prospère, une Nation puissante”, Viet Tan place l’homme au coeur de ses préoccupations et actions. Le Vietnam est puissant parce que les Vietnamiens sont riches, et non l’inverse. Riches parce qu’ils sont libres, jouissent de tous leurs droits, notamment celui de choisir le type de société, de régime politique qu’ils entendent mettre en place. C’est ce que Viet Tan appelle la démocratie véritable.

B- LES CIBLES DE LA RENOVATION

Viet Tan place l’homme au coeur de sa révolution afin de rénover le Vietnam. La rénovation doit d’abord commencer par l’homme, afin que les Vietnamiens retrouvent leurs valeurs traditionnelles, la fierté nationale, jouissent des droits fondamentaux.

Mais rénover l’homme n’a de sens que s’il dispose d’un environnement favorable à son plein épanouissement. Aussi, les institutions politiques et l’environnement social doivent être aussi rénovés.

1. RENOVER L’HOMME :

Les Vietnamiens ont vécu pendant des années dans une situation de sous-développement. Leur comportement est ensuite fortement façonné par des dizaines d’années de vie sous la dictature communiste. Beaucoup ont pris l’habitude de ne penser qu’à soi, ont du mal à accepter la différence et les idées qui sont au-delà de leur capacité de compréhension. Pour changer ce comportement, Viet Tan axe ses effots pour restaurer les valeurs traditionnelles suivantes :

1.1. L’esprit d’Harmonie et d’Unité

Les efforts de rénovation de l’homme devront commencer avec l’éducation, pour permettre à chaque citoyen d’élever son niveau d’éducation et élargir ses horizons. L’éducation est le moyen d’échapper à la subjectivité pour tendre vers une objectivité plus scientifique. Cette nouvelle vision permettra à chacun de reconnaître que les différences sont non seulement normales, mais en plus elles sont nécessaires. Ceci est l’essence de l’esprit d’Harmonie dans les relations entre individus. Les différences dans notre façon de penser ne doivent pas être des prétextes pour comploter les uns contre les autres, mais plutôt une opportunité pour collaborer. Après la réalisation de l’Harmonie, chacun sera capable d’atteindre l’Unité, signifiant rassemblement dans la vie et dans le travail, partage des responsabilités et partage des richesses communes.

Si l’harmonie définit les relations idéales entre les individus, alors l’unité est la référence pour les activités en société. Lorsque l’on accepte les différences (Harmonie), alors on accepte la liberté d’expression, la liberté de résidence, la liberté de culte, etc. Ces libertés individuelles seront uniquement limitées par des lois clairement établies qui auront été débattues et acceptées par chacun pour le bien de tous. “Tous” fait référence à l’ensemble de la population du Vietnam, pas à un groupe spécifique de citoyens ou à une certaine faction de la société. En d’autres termes, on ne peut pas invoquer l’Unité pour éliminer les libertés individuelles ; inversement on ne peut pas invoquer l’Harmoniepour exiger des libertés individuelles illimitées sans égard pour la société.

Pour Viet Tan, l’équilibre entre Harmonie et Unité dans le cadre de la loi est l’essence d’une démocratie véritable.

1.2. L’Esprit d’Indépendance, d’autonomie, et de progrès

Les Vietnamiens ont fait preuve à travers l’histoire d’esprit d’indépendance, d’autonomie, et de progrès. C’est grâce à cet esprit que nos ancêtres furent capables d’apprendre même des envahisseurs et de se soulever pour regagner l’indépendance nationale après de longues périodes de domination étrangère.

Lors des dernières décennies, l’esprit de progrès fut relégué au second plan lorsque le PCV prétendait avoir le monopole de la “vérité” et de la “raison” sur la base d’une idéologie qu’ils ont importé d’ailleurs. Au même moment, l’esprit d’indépendance et d’autonomie furent aussi fortement affectés quand, après s’être reposé des années sur l’aide étrangère et les conseillers étrangers pendant la guerre, le PCV s’est habitué à appliquer mécaniquement des solutions venues d’ailleurs pour résoudre les problèmes sociaux et économiques du Vietnam, et ce quels que soient les dangers que ces solutions apportaient au pays.

La révolution afin de rénover le Vietnam devra d’abord restaurer en chaque Vietnamien l’esprit d’indépendance, d’autonomie, et de progrès de nos ancêtres. Ainsi, les Vietnamiens seront capables d’assimiler ce qui est bien chez les autres peuples tout en préservant leurs valeurs traditionnelles.

1.3. L’esprit de citoyenneté et sens du devoir civique

Après avoir été pendant des dizaines d’années écartés de la vie politique sous la dictature du PCV et contraints de consacrer toute leur énergie à leur survie, les Vietnamiens ont presque perdu l’esprit de citoyenneté et le sens du devoir civique.

La révolution afin de rénover le Vietnam devra restaurer en chaque Vietnamien la conscience qu’il participe au destin de la nation, et convaincre progressivement les Vietnamiens de placer la nation au dessus des partis et idéologies. Pour atteindre cet idéal, la croyance en une vie au service de la collectivité devra être mise en avant et sans cesse rappelée à travers l’éducation, la culture, et la religion. De la même façon, l’esprit “s’aider mutuellement pour progresser ensemble” devra être valorisé. L’expérience de développement dans plusieurs pays a montré qu’une nation ne peut surmonter la pauvreté pour se moderniser rapidement que lorsque le savoir et les compétences sont répandus parmi le peuple, et pas simplement centralisés dans les mains d’une poignée de grands savants.

2. RENOVER LES INSTITUTIONS ET L’ENVIRONNEMENT SOCIAL

L’homme ne peut pleinement s’épanouir que dans un environnement favorable. Aussi, la rénovation de l’homme doit être menée de paire avec la rénovation des institutions et de l’environnement social.

2.1 – POLITIQUE

2.1.1 – Démocratie véritable

A l’échelle d’une nation, le rôle de la politique est de trouver un équilibre consensuel entre les besoins matériels et spirituels de chaque individu et ceux de la nation. Cet équilibre consensuel ne peut être trouvé que si chacun accepte la différence pour parvenir au consensus. Celui-ci ne peut se réaliser si un groupe impose ses idées sur l’ensemble et exclut toutes pensées différentes. L’acceptation des différences (harmonie) afin de découvrir des intérêts mutuels (unité) ne peut se réaliser que si chaque individu a le droit et l’opportunité de parler, débattre, et persuader et que si les idées minoritaires sont respectées. Ceci est l’esprit d’une démocratie véritable que Viet Tan cherche à établir au Vietnam.

2.1.2 – Le Rôle des Partis Politiques

Dans une démocratie, le rôle des partis politiques est capital. En tant que rassemblement d’hommes et de femmes partagant les mêmes convictions, ils permettent aux différentes sensibilités de la société de s’exprimer et de confronter leurs idées lors des élections libres pour le choix des institutions et le modèle de développement.

Dans le futur Vietnam, aucun parti ni individu, y compris les tenants du pouvoir exécutif, législatif ou judiciaire ne pourront être au-dessus du peuple ou au-dessus de la loi. De plus, aucun parti ne pourra invoquer quelque prétexte que ce soit afin de se réserver le monopole du pouvoir ou une direction permanente de la nation. Dans une démocratie véritable, il y aura une claire différenciation entre les responsables politiques et l’Etat lui-même. La structure et les principes de l’Etat devront être respectés et son intégrité préservée.

Viet Tan est convaincu que dans une démocratie véritable , même s’ils ne sont pas au pouvoir, les partis politiques pourront aussi contribuer à la stabilité et au progrès de la société.

2.1.3 – Institutions politiques

Les institutions politiques du Vietnam devront être le reflet de la démocratie véritable, et le garant de la justice et de l’égalité entre les différentes composantes de la nation.

Les institutions politiques du Vietnam seront décidées lors d’une élection nationale libre, après la fin du régime dictatorial du PCV. Elles devront être édifiées de manière à éviter l’abus de pouvoir ou la dictature, sous quelque forme que ce soit, en se basant sur la séparation entre les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire.

De plus, Viet Tan prône la distinction entre les dirigeants politiques et les fonctionnaires de l’administration. Cette distinction sera nécessaire pour éviter l’abus de pouvoir des dirigeants politiques, et assurer la continuité dans le fonctionnement de l’Etat lorsqu’il y a alternance politique. De même, l’armée et la police devront être des forces apolitisées dont la principale mission est d’assurer la sécurité de la nation et de maintenir l’ordre dans la société selon la Constitution et la loi. Ils ne devront pas être des instruments au service d’une quelconque idéologie, d’un quelconque parti ou d’un quelconque individu.

2.2 – SOCIETE

Pour Viet Tan, la famille est la pierre angulaire de la société. Viet Tan affirme l’importance de la liberté individuelle, mais conçoit néanmoins la famille comme le refuge, l’abri contre les comportements anti-sociaux souvent observés dans les sociétés industrialisées. Non seulement la famille fait partie des valeurs fortes dans la culture vietnamienne, en plus elle s’avère d’autant plus indispensable de nos jours que la croissance économique et matérielle ainsi que les échanges inter-culturels à travers le monde contribuent à compliquer les structures sociales. Dans une situation aussi complexe, si le rôle de la famille n’est pas suffisamment renforcé, certaines de ses fonctions seront transférées à la société qui pourrait ne pas en assumer totalement même avec des dépenses sociales considérables et qui du coup, ne peut empêcher l’apparition de probèmes sociaux dûs à la défaillance de la structure familiale.

Dans la société rénovée, chaque citoyen sera égal devant la loi. La lutte des classes ou clans, qui est à l’origine des divisions et ressentiments entre les Vietnamiens, de même que toute autre forme d’exclusion, devra être prohibée.

La société véritablement démocratique doit être celle dans laquelle tous, quelle que soit la classe sociale à laquelle ils appartiennent, doivent avoir des opportunités égales pour accéder au bonheur individuel et familial et contribuer à la construction nationale. L’influence que chacun pourra exercer dépendra en majeure partie de ses aptitudes et de son engagement dans la vie collective. Dans la future société vietnamienne, l’échelle des valeurs sociales, tout en dépendant des compétences individuelles, s’appuiera néanmoins sur l’humanisme, la moralité, l’esprit de responsabilité que chacun témoignera envers sa famille et la société. Cependant, mettre l’accent sur l’apport individuel ne signifie pas l’exclusion et le mépris des handicapés et des plus faibles. La société a le devoir de les prendre en charge, de leur assurer un minimum vital acceptable et leur procurer des conditions d’ascension sociale.

2.3 – ECONOMIE

Viet Tan prône le libéralisme à assise nationale, c’est à dire une économie de marché au service du citoyen.

C’est une économie dans laquelle chaque citoyen a le droit d’entreprendre selon les lois du marché. La propriété privée des moyens de production est respectée et défendue. Elle doit être au service de la société et non des intérêts particuliers d’entreprises ou d’Etats étrangers. Le libéralisme à assise nationale a les caractéristiques suivantes :

Respect de la liberté d’entreprendre : Tout citoyen a le droit d’entreprendre ou de s’enrichir légalement selon ses capacités ou ambitions, ce que la société, sous quelque prétexte que ce soit, ne peut blâmer ou empêcher. En ce sens, tout citoyen a le droit de posséder et d’utiliser :

- 1. la terre, les moyens de production
- 2. la force de travail d’autres citoyens, manuel ou intellectuel.
- 3. les capitaux

Finalement, la liberté d’entreprendre n’a de sens que si la notion de marché est acceptée. Le marché est un lieu où les agents économiques s’échangent librement leurs services suivant les mécanismes de l’offre et de la demande.

Séparation entre le politique et l’économique : Le rôle premier de l’Etat est de garantir la liberté d’entreprendre de chaque citoyen. Ensuite, Il doit limiter ses interventions économiques aux régulations macro-économiques dans le seul but de combler les insuffisances des mécanismes de marché pour éviter les dérapages incontrôlés. En aucun cas, l’Etat ne doit disposer de moyens de production de biens ou de services entrant en concurrence avec le privé, ni édicter des règles qui fausseraient le fonctionnement du marché.

Equilibre entre les agents économiques : dans une économie de marché, l’équilibre entre les agents économiques est une condition primordiale pour un développement durable et équilibré pour toute la société, pour préserver à chacun sa chance d’entreprendre.

Le libéralisme à assise nationale ne signifie pas que l’Etat privilégie systématiquement le citoyen (en tant qu’agent économique) au détriment d’autres agents économiques. Il vise simplement à créer un certain équilibre , entre les citoyens, entre les entreprises, entre les régions, pour répondre aux besoins de toute la société, condition indispensable d’une démocratie véritable.

Reflet des valeurs traditionnelles : situé en Asie du Sud-Est, le Vietnam partage avec le Japon, La Corée du Sud, Taiwan et la Chine une culture fortement influencée par le Confucianisme, le Taoisme et le Bouddhisme tout en conservant ses valeurs propres. Dans la société vietnamienne, la famille joue un rôle très important comme au Japon et à Taiwan.

Le Japon et Taiwan ont su transposer la force du modèle familial à l’économie pour en assurer la stabilité en créant des entreprises à taille humaine, qui offrent des emplois stables à ses salariés et permettent aussi des rapports plus équilibrés et humains entre ceux-ci et le patronat. A l’instar du Japon et Taiwan, le libéralisme à assise nationale que prône Viet Tan doit s’inspirer des valeurs traditionnelles du Vietnam pour assurer un développement durable en harmonie avec les valeurs sociales.

2.4 – EDUCATION

Depuis longtemps, le Vietnam ne dispose pas de systèmes d’éducation permettant de répondre aux besoins des Vietnamiens de s’intruire et de s’adapter aux réalités de chaque époque. Aussi, dans le long processus de rénovation du Vietnam, l’éducation jouera un rôle de premier ordre dans deux domaines : elle devra favoriser le transfert des connaissances, de la science et de la technologie, mais plus encore, elle devra donner les moyens de restaurer les valeurs morales traditionnelles du peuple vietnamien.

Le transfert des connaissances scientifiques et technologiques devra être pragmatique et réalisé à travers un programme d’éducation de masse. Celle-ci devra offrir à chacun, quel que soit son âge, l’opportunité de s’instruire pour progresser. Dans le contexte de mondialisation, l’éducation de masse devra être régulièrement mise à jour pour suivre l’évolution de la société et l’avancée technologique.

La restauration des valeurs morales et traditionnelles ne se limitera pas uniquement à l’éducation, mais s’étendra également aux activités et à l’organisation sociale. En dehors des stimulants tels que le profit individuel, quelle que soit sa capacité, quel que soit son niveau, un être humain ne peut fournir le meilleur de lui-même que s’il est animé par des forces morales. Pour cela, il faudra bien entendu valoriser la culture et les traditions nationales, mais mieux, il faudra éveiller le sens du devoir envers la société et la volonté d’y apporter humanisme et progrès.

L’Education n’a pas pour objectif de faire de tous, des individus parfaits ou des surhommes, comme le prétendait le moule classique. La future éducation vietnamienne aura pour objectif de former des hommes convaincus par la nécessité d’une démocratie véritable, en d’autres termes, qui sauront vivre selon les principes de liberté et de responsabilité, dans une société harmonieuse, intégrée et bénéficiant des conforts scientifiques et technologiques.

2.5 – RELIGION

Dans toute société, civilisée ou en développement, la religion est un besoin inhérent à la vie. La religion permet à l’homme de s’élever spirituellement. L’être humain doit avoir la liberté religieuse. Les rites et les activités religieux doivent être respectés.

Dans la société rénovée, la foi en la religion restera un choix absolument individuel, et l’exercice ou la propagation de la foi ne sera une obligation ni pour la société ni pour l’Etat. Finalement, pour Viet Tan, la loi devra garantir l’indépendance entre l’Etat et les églises.

2.6 LA COMMUNAUTE NATIONALE VIETNAMIENNE

La Communauté Nationale Vietnamienne inclut aussi bien les groupes ethniques vivant à l’intérieur du Viêt Nam que ceux vivant éparpillés à travers le monde.

Pendant longtemps un énorme fossé s’est creusé entre les différentes composantes de la Communauté Nationale Vietnamienne, à cause de facteurs comme la distance géographique, les divergences de points de vue sur la politique, le manque de communication, sans parler des manipulations exercées par les pays étrangers.

Afin de développer la nation vietnamienne, Viêt Tân est convaincu que ce fossé devra être comblé et que tous les Vietnamiens devront être égaux devant la loi et bénéficier de la même considération dans les politiques nationales.

Le Viêt Nam possède la particularité d’être une nation à disposer d’une vaste diaspora, amenant la formation de nombreuses communautés Vietnamiennes d’outre-mer. Forts de leur volonté de moderniser leur pays d’origine, des compétences professionnelles et intellectuelles apprises aux quatre coins du globe, de la capacité d’influencer les autorités et l’opinion publique de leur pays d’accueil, les Vietnamiens d’outre-mer auront un rôle actif à jouer dans la rénovation du Viêt Nam.

Viêt Tân est persuadé que les relations entre chaque groupe ethnique du Viêt Nam, ainsi que celles entre les Vietnamiens de l’intérieur et de l’extérieur devront être basées sur l’esprit de Tolérance et de Consensus National. C’est la condition pour qu’ensemble, ces groupes ethniques forment une culture Vietnamienne unique, riche et variée. C’est également le fondement pour un succès à long terme du processus de rénovation du pays.

2.7 LES RELATIONS INTERNATIONALES

Viêt Tân préconise que le nouveau Viêt Nam établisse des relations avec chaque nation dans le monde, basées sur les idéaux de liberté, le respect réciproque de l’indépendance et de la souveraineté nationale ainsi que des intérêts communs.

Pour Viêt Tân, les relations internationales en aucun cas ne peuvent servir de prétexte pour imposer une idéologie étrangère ou pire, asservir le peuple vietnamien pour satisfaire des ambitions étrangères. Confronté à la nécessité de développement avec la mondialisation en toile de fond, le Viêt Nam participera à toutes les organisations régionales et mondiales, basées sur les principes déjà mentionnés.

Viêt Tân préconise enfin l’établissement des relations étrangères amicales et la résolution les différends internationaux par la négociation et dans un esprit d’ouverture et d’amitié.