Un défenseur vietnamien des droits de l’homme condamné dans un procès honteux

Viet Tan|18/09/2017|Communiqués de Presse|

18 septembre 2017

Un tribunal kangourou vient de condamner le défenseur et blogueur vietnamien des droits de l’homme Nguyen Van Oai à cinq ans de prison suivie d’une assignation à résidence de quatre ans.

Dans un procès de quatre heures, Nguyen Van Oai, âgé de 36 ans, a été reconnu coupable de « résistance aux personnes en service commandé » et « non-respect de la peine » au titre des articles 257 et 304 du Code pénal du Vietnam. Il a été arrêté en janvier par la police en civil alors qu’il rentrait à son domicile.

Malgré le fait que les autorités appellent cela un « procès public », sa famille n’a pas été autorisée à y assister. Devant le palais de justice, la police a agressé la mère de Nguyen Van Oai et déployé des camions avec des dispositifs de brouillage pour bloquer le réseau téléphonique cellulaire.

« Ils ont juste besoin du procès comme une farce, pour pouvoir proclamer leur décision », a déclaré l’épouse d’Oai, Ho Thi Chau, dans une lettre publiée sur Facebook. « Il sera le seul à être témoin de cette honteuse mascarade ».

Nguyen Van Oai a déjà été condamné en 2011 pour « tentative de renversement du gouvernement » en vertu de l’article 79, l’une des nombreuses et vagues dispositions relatives à la sécurité nationale utilisées pour faire taire les défenseurs de la liberté d’expression. Il a été libéré en 2015 après avoir purgé une peine de quatre ans de prison.

Membre de Viet Tan et cofondateur de l’Association des Anciens Prisonniers Catholiques, Nguyen Van Oai a fait campagne pour les prisonniers politiques et a écrit sur l’injustice sociale sur sa page Facebook.

Suite à une pétition soumise par Allen Weiner, professeur de droit de Stanford, le Groupe de Travail des Nations Unies sur la Détention Arbitraire (UNWGAD) a statué en 2013 que le gouvernement vietnamien avait violé le droit international en détenant arbitrairement Nguyen Van Oai.

« La dernière sentence contre Nguyen Van Oai prononcée le gouvernement vietnamien est particulièrement choquante compte tenu du fait qu’un organe indépendant de l’ONU avait déjà jugé que sa condamnation antérieure pour les activités de liberté d’expression violait les normes internationales en matière de droits de l’homme, les normes que le Vietnam lui-même a accepté de respecter » déclare Allen Weiner. « Cette affaire montre clairement que, sans une pression extérieure inébranlable, le gouvernement vietnamien ne respectera pas le droit à la liberté d’expression, ni n’accordera la dignité humaine fondamentale à ses citoyens ».

La condamnation de Nguyen Van Oai intervient dans le cadre d’une répression en cours contre l’expression pacifique. Plus de 20 activistes et blogueurs ont été détenus depuis le début de l’année 2017.

Contact : Duy Hoang +1.202.596.7951