Le Danemark s’engage à travailler avec l’UE pour améliorer la situation des droits de l’homme au Vietnam dans le cadre de l’EVFTA

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print
Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print

Helena Huong Nguyen – 19 septembre 2020

Des représentants du ministère des Affaires étrangères et des membres de l’Assemblée nationale danoise se sont engagés à travailler avec des collègues de l’UE, dans le cadre de l’accord de libre-échange UE-Vietnam (EVFTA), pour améliorer la situation des droits de l’homme au Vietnam lors d’une réunion avec des représentants de la Fraternité pour la Démocratie, du Conseil Missionnaire danois, du Groupe de Soutien aux droits de l’homme pour le Vietnam au Danemark et Viet Tan.

L’avocat Nguyen Van Dai, président de la Fraternité pour la démocratie; M. Filip Buff Pedersen, représentant du Conseil missionnaire danois; Huynh Huu Tri, représentant du Groupe d’appui aux droits de l’homme pour le Vietnam au Danemark; et Mme Helena Huong Nguyen, représentante de la section danoise de Viet Tan, ont eu des réunions et travaillé avec des représentants du Ministère danois des affaires étrangères et de l’Assemblée nationale danoise le 17 septembre.

Au ministère danois des Affaires étrangères, la délégation a rencontré M. Michael Suhr, ambassadeur spécial pour la liberté de religion et de croyance; Mme Mette Strand Gjerloff, chef des bureaux d’Asie du Sud et d’Asie du Sud-Est; ASEM (Rencontres Asie-Europe) M. Bjarke Brix Olsen, chef de la division Asie, Amérique latine et Australie.

Du côté du Parlement danois, il y avait le représentant Daniel Toft Jakobsen, à la fois représentant de la commission des affaires étrangères et représentant du Réseau politique pour la liberté de religion de l’Assemblée nationale du Danemark; et le représentant Morten Messerschmidt, représentant de la Commission de l’Église.

Au cours des deux réunions, Mme Helena Huong Nguyen et l’avocat Nguyen Van Dai ont brièvement présenté la situation des droits de l’homme et de la liberté religieuse au Vietnam avant et après la ratification par le Parlement européen de l’accord de libre-échange UE-Vietnam. Il souligne qu’en dépit des promesses et des engagements du gouvernement vietnamien envers le monde sur l’amélioration des droits de l’homme, les violations des droits de l’homme du gouvernement vietnamien sont de plus en plus graves. Plus précisément, les autorités vietnamiennes ont violé les quatre groupes de droits fondamentaux suivants:

  1. Liberté d’expression et de la presse: les autorités vietnamiennes ont arrêté le journaliste Pham Chi Dung en novembre 2019. En mai, deux autres membres de l’Association des journalistes indépendants ont été arrêtés, Nguyen Tuong Thuy et Le Huu Minh Tuan. En outre, des dizaines de personnes utilisant Facebook pour exprimer des opinions politiques de l’opposition ont été arrêtées et jugées devant les tribunaux.
  2. Liberté de réunion et d’association: Le gouvernement vietnamien a arrêté et jugé huit membres du groupe Hien Phap (Constitution), des membres de la Fraternité pour la démocratie, des membres de Viet Tan et des membres de plusieurs autres organisations politiques opposées.
  3. Droits fonciers: Le matin du 9 janvier 2020, les autorités communistes vietnamiennes ont dépêché 3 000 police surarmés pour attaquer le village de Hoanh dans la commune de Dong Tam, district de My Duc, Hanoi dans le but de saisir des terres à l’usage du gouvernement. Au cours de ce raid, les autorités ont tué Le Dinh Kinh, 84 ans, blessé grièvement 2 autres personnes et arrêté 29 personnes. Dans un simulacre de procès truffé d’irrégularités, 29 villageois de Dong Tam ont été condamnés à des peines sévères et injustes, dont 2 à la peine capitale, un à la perpétuité.
    4. Liberté de religion: Hanoi cause toujours des difficultés et empêche les activités religieuses des églises protestantes indépendantes dans les hauts plateaux du centre, utilisant la violence pour voler l’église catholique du monastère de Thien An. Les autorités ont soudoyé et fait pression sur l’Église catholique pour qu’elle fasse tourner ou retirer des prêtres qui osaient exprimer des points de vue et des opinions différents du régime communiste.

Des représentants des organisations ont présenté aux représentants du ministère des Affaires étrangères et de l’Assemblée nationale danoise un dossier contenant des documents et des témoignages de la persécution de l’Église bouddhiste unie du Vietnam, membre du Conseil interreligieux du Vietnam, la saisie de Thien An Monastère et l’incident de Dong Tam à Hanoi. Cette réunion a également permis de partager un certain nombre de propositions d’actions concrètes au ministère des Affaires étrangères et à l’Assemblée nationale du Danemark.

Des représentants du ministère des Affaires étrangères et de l’Assemblée nationale danoise ont exprimé leur inquiétude, posé de nombreuses questions pour mieux comprendre chaque violation des droits de l’homme et demandé aux organisations de les informer régulièrement de la situation des droits de l’homme au Vietnam.

Les responsables danois se sont engagés à se coordonner avec leurs collègues de l’Union Européenne pour demander aux autorités vietnamiennes de se conformer aux engagements pris dans le cadre de l’EVFTA. En même temps, ils se coordonneront avec les ONG internationales et soutiendront les organisations de la société civile au Vietnam pour promouvoir l’amélioration des conditions des droits de l’homme au Vietnam.

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print

Derniers articles