La police vietnamienne utilise Photoshop pour fabriquer de fausses preuves

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print
Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print

10 octobre 2009

La police vietnamienne sort de son silence, 24 heures après l’arrestation de la dissidente Tran Khai Thanh Thuy et de son époux, Do Ba Tan. Le colonel de police Vu Cong Long, commandant en chef du poste de police de Dong Da (Ha Noi) a révélé à la presse d’état que le couple est en garde à vue pour « coups et blessures volontaires » sur deux personnes de son voisinage pour un « différend de stationnement de scooter ».

Voici l’enquête de Radio Nouvel Horizon sur cette affaire.

  • Tran Khai Thanh Thuy a passé 9 mois dans les prisons vietnamiennes pour avoir soutenu les paysans dépossédés de leurs terres (Dân Oan). Libérée en février 2008, l’écrivain a continué à se battre pour la justice et les droits de l’homme. Cela lui vaut une surveillance constante de la police.
  • Elle a reçu de nombreuses menaces par téléphone. Son domicile est fréquemment vandalisée par des voyous sans que la police, souvent témoin, n’intervienne.
  • Le 7 octobre 2009, elle se rend au tribunal populaire d’Ha Noi pour assister au procès, censé être ouvert au public, de l’enseignant dissident Vu Hung. Mais devant des journalistes et diplomates étrangers présents sur place, la police a refoulée Thuy dès les abords du tribunal. Devant les protestations émises par certains diplomates, la police a finalement renoncée à son action.
  • Tôt le matin du 8 octobre 2009, Thuy part à Hai Phong (90km à l’est d’Ha Noi) dans le but d’assister au procès de 6 militants pro-démocratie. Après seulement 10 km de route, sa voiture est bloquée par la police qui l’embarque sans donner de justification.
  • JPEG - 11.9 ko
    Photo : Radio Nouvel Horizon

  • Vers 16 heures de l’après midi, la police ramène Thuy à son domicile et la somme de rester chez elle.
  • Vers 20 heures 30, deux individus pénètrent dans son domicile et frappent Thuy et son époux. Thuy a reçu une brique sur la tête, causant une importante hémorragie. La scène se déroule quasiment sous les yeux des policiers en faction devant la maison et qui n’interviennent pas.
  • Après le départ de leurs agresseurs, le couple décide de se rendre à l’hôpital pour faire soigner la blessure de Thuy. En chemin, ils sont de nouveaux arrêtés par la police qui les ont gardés au poste toute la nuit durant.
  • Alors que Thuy et Tan sont toujours en détention sans avoir pu rencontrer un avocat, les médias d’état commencent à relayer une toute autre version de l’histoire, émanant du colonel Vu Cong Long, chef de la police de Dong Da. Selon Long : « vers 20h30, Do Ban Tan (l’époux de Tran Khai Thanh Thuy) a garé son scooter de manière gênante devant le 178 rue Kham Thien. M. Nguyen Manh Diep (né en 1968 et résidant au 138 rue Trung Phung) lui a alors demandé de déplacer son véhicule. Les choses se sont envenimées et Tan a frappé Diep au visage avec son casque. » Pour étayer sa version, Long a rendu public ces deux photos :
JPEG - 38.9 ko

JPEG - 16 ko

Mais cette version (reprise par le journal d’état Dan Tri) ne tient pas la route. Des incohérences ont été révélées par des blogueurs vietnamiens, confirmées par les investigations des journalistes et diplomates occidentaux :

  • Si Tan a « frappé Diep au visage avec son casque », alors pourquoi la blessure de celui-ci se trouve à l’arrière de la tête ?
  • Un casque de moto est un objet rond et n’est pas tranchant, comment cela se fait-il que la blessure de Diep nécessite des points de sutures ?
  • Plus grave, la date présente sur la photo de Diep montre que la photo aurait été prise le 9 octobre 2009. Or, les informations EXIF de la photo montrent qu’elle a été prise le 28 février 2005, et qu’elle a été modifiée le 9 octobre 2009 à 17h14 par la version 7.0 du logiciel Photoshop. Est-on sûr que c’est bien M. Nguyen Manh Diep qui est sur cette photo ?
JPEG - 39.2 ko

Il apparaît que le colonel Vu Cong Long, chef de la police de Dong Da, un arrondissement de la capitale Ha Noi, a présenté à la presse des preuves fabriquées pour accuser faussement le couple Tran Khai Thanh Thuy – Do Ba Tan et transformer les victimes en agresseurs. À l’heure actuelle, le couple est toujours en détention au poste de police de Dong Da. Le colonel Vu Cong Long peut être joint à ce numéro : +84 4 35.148.235.

Depuis de nombreuses années, il est de notoriété publique qu’au Vietnam, des policiers s’habillent en civil pour commettre des crimes contre tous ceux qui osent s’opposer publiquement contre les autorités communistes. Il y a par exemple l’attaque des chrétiens de la paroisse de Thai Ha le 21 septembre 2008. Plus récemment, il y a l’attaque des bonzes et religieuses de la pagode.

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print

Derniers articles