Des policiers vietnamiens « détenus en otage » par les villageois dans un conflit lié à l’expropriation de leurs terres

Viet Tan

Au moins 19 policiers vietnamiens ont été détenus en otage lors d’un conflit avec des villageois près de Hanoi lié aux terres de ces derniers, ont annoncé dimanche 16 avril des activistes et des médias d’Etat, dans un spectacle rare de défi aux autorités communistes.

L’incident a commencé samedi dans le quartier de banlieue de My Duc lorsque les autorités se sont affrontées avec des villageois qui ont affirmé que leurs terres avaient été illégalement saisies à la vente par l’entreprise de télécommunications Viettel, appartenant à des militaires. "Les villageois ont déclaré qu’ils n’avaient pas l’intention de libérer les otages à moins que le gouvernement central n’intervienne", a déclaré La Viet Dung, un activiste social qui a visité le site dimanche matin.

"Les gens ont barricadé leurs villages. Plus personne ne peut entrer ni sortir. La police encercle également la région, ce qui empêche l’accès des médias. La situation est tendue", a déclaré M. Dung à l’AFP. Un villageois de My Duc a déclaré à l’AFP dimanche que la police avait tiré en l’air pendant les affrontements de samedi.

"Certains villageois ont également été détenus par la police pour des raisons inconnues", at-il déclaré, demandant l’anonymat.

Historique des conflits d’intérêts entre les vietnamiens et le gouvernement

En 2012, un pisciculteur vietnamien a utilisé des armes artisanales pour résister à une expulsion forcée et blessé sept policiers. Le fermier a été emprisonné pendant cinq ans, mais son cas est devenu un symbole de l’exaspération publique croissante sur les droits fonciers.

En 2013, un homme armé a tué un agent provincial avant de se suicider dans un conflit relatif aux terrains au nord du Vietnam.

La police locale et les autorités ont refusé de commenter l’incident. Mais les médias de l’État ont déclaré que quatre villageois ont été placés en détention tandis que des policiers étaient également détenus par des villageois.

"Certains citoyens ... ont commis des actes d’obstruction et des policiers de Hanoi illégalement détenus", a déclaré l’agence de presse Vietnam, citant une annonce de la police.

Les conflits fonciers sont communs au Vietnam, où les personnalités et les entreprises puissantes font souvent des confiscations des biens. Le gouvernement contrôle strictement la liberté d’expression et le droit de protester, mais des conflits d’intérêts se produisent souvent.

Les policiers ont été libérés une semaine après l’évènement

Le dernier groupe de 19 policiers et otages officiels ont été libérés samedi, une semaine après l’événement. Les 19 policiers et fonctionnaires du gouvernement détenus par des villageois mécontents au milieu d’un conflit relatif aux expropriations de terres à la périphérie de Hanoi ont été libérés.

Les gens de la municipalité de Dong Tam de My Duc District ont libéré le groupe de policiers, après une réunion de trois heures avec le président du Comité Populaire de Hanoi, Nguyen Duc Chung, un événement qui, en un point, semblerait impossible. Les villageois ont pris en otage 38 policiers et officiels samedi de la semaine dernière suite à la détention de quatre villageois pour avoir enfreint les règlements sur l’utilisation des terres. Ils ont libéré 16 otages d’ici vendredi alors que trois autres ont réussi à s’échapper. Selon les autorités, l’affaire s’était envenimée pendant des années et s’est chauffée depuis février de cette année, lorsque le géant des télécommunications Viettel a commencé à entreprendre la construction d’un aéroport dans la zone en litige.

Certains habitants se sont battus pour leur terrain agricole, mais les fonctionnaires ont déclaré que ces terres appartiennent à l’armée. La tension et la confrontation inhabituelles ont incité le maire Chung à entamer une première négociation avec les villageois qui ont refusé tout échange au début. Le principal responsable de la ville devait de nouveau rencontrer les villageois vendredi, mais les discussions ne se sont pas déroulées comme prévu. Ensuite, la situation s’est détériorée le samedi : lors de la réunion dans la matinée, Chung avait promis une inspection sur l’utilisation des terres dans le village ainsi que les récentes arrestations de villageois. Il a également assuré que les villageois ne seraient pas confrontés à des accusations criminelles pour la crise des otages.

Au Vietnam, la terre est la propriété de l’Etat

Le Vietnam n’autorise pas techniquement la propriété foncière privée mais accorde des droits d’utilisation des terres, qui confèrent les mêmes droits que le statut de propriété privée.

Tran Xuan Le, un villageois de 78 ans, a déclaré lors de la réunion que des générations de villageois ont considéré la superficie de 50 hectares, soit 146 acres, comme leurs terres agricoles et qu’ils ont toujours payé des droits d’utilisation et des taxes au gouvernement. Et puis soudainement, certains fonctionnaires de My Duc ont exproprié les terres des agriculteurs pour les donner à Viettel et les ont été transférées à l’armée. Si c’était toujours des terrains militaires, aucun d’entre nous n’aurait eu le courage d’aller cultiver là-bas ", a déclaré M. Le. Il a ajouté que si les terres avaient été transférées à l’armée à un moment donné, les villageois auraient dû être informés car si cela avait été le cas, les villageois auraient suivi l’ordre. Le a déclaré que les villageois ont pris la situation entre leurs mains après avoir passé des années à déposer des plaintes dans différents bureaux, sans aucune réponse.

Les griefs liés à la terre restent la principale source d’inquiétude et de protestation dans le pays. En 2012, ils représentaient 70 pour cent de toutes les plaintes déposées contre le gouvernement, selon un rapport parlementaire.