Message de Wolfgang Schäuble, président du Parlement Allemand, à l’occasion du 45ème anniversaire de la fin de la guerre du Vietnam

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print
Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print

30 avril 2020

Le 30 avril 1975 marque la victoire du Nord sur le Sud et la mainmise du Parti Communiste Vietnamien sur tout le pays. La guerre s’achevait mais débutait aussi une période très sombre de l’histoire du Vietnam avec l’exode de millions de vietnamiens par terre et par mer, les fameux boat-people.

45 ans après cet événement, le Vietnam a changé à bien d’égards. Le pays s’est relevé mais la mainmise du Parti Communiste Vietnamien est toujours très forte sur la société. Le Parti est prêt à toutes les violations des droits humains pour garder son monopole du pouvoir.

A l’occasion de 45ème anniversaire, Dr Wolfgang Shäuble, président du Parlement allemand, et Rainer Eppelmann, ancien ministre de l’intérieur de la République Fédérale d’Allemagne, ont adressé des messages pleins d’espoir pour le peuple vietnamien.

 

 * * *

 

Message du Dr. Wolfgang Schäuble.

Président du Parlement allemand

à l’occasion du 45e anniversaire de la fin de la guerre du Vietnam

 

“Celui qui ferme les yeux sur le passé devient aveugle au présent”.

   Richard von Weizsäcker

Presque aucune famille vietnamienne n’a été épargnée par les années de guerre, de persécution et de fuite du XXe siècle. La guerre du Vietnam a fait des millions de victimes, laissant derrière elle des invalides, des orphelins, des traumatisés et un pays dévasté. Bien que les combats aient pris fin il y a 45 ans, une paix authentique n’a pas été rétablie.

Pour beaucoup de gens, de nouvelles souffrances ont commencé : environ un million et demi de Vietnamiens ont fui la terreur par mer du régime communiste. Plus de 200 000 “boat people” sont morts noyés, de soif ou tués par des pirates. Ceux qui ont réussi à s’échapper de manière spectaculaire ont dû reconstruire une nouvelle vie pour eux-mêmes et leur famille – en exil lointain de leur patrie.

Nombre d’entre eux ont pu trouvé refuge en République fédérale grâce avant tout à l’action du bateau “Cap Anamur » et à l’énergie indomptable de l’inoubliable Rupert Neudeck. Lui-même et de nombreux allemands ne sont pas restés simples spectateurs des images dramatiques de la mer de Chine orientale, mais ont décidé d’agir pour accueillir et obtenir l’accueil- politiquement difficile à l’époque- de nombreux “boat people” en République fédérale.

Au fil des décennies, une importante communauté de Vietnamien(nes)s s’est donc développée dans notre société et dans l’Allemagne réunifiée, comprenant également les travailleurs vietnamiens installés dans l’ancienne RDA. Ils sont nombreux à s’être naturalisés dans l’intervalle avec leurs racines vietnamiennes et démontrent comment l’immigration peut être un enrichissement pour la société d’accueil dans son ensemble. Ils contribuent à la prospérité de notre pays et viennent en aide à leurs familles dans leur ancienne patrie. Ils sont devenus une partie de l’Allemagne, donnant l’exemple d’une intégration réussie.

Aujourd’hui, nous partageons avec la communauté vietnamienne la douleur des nombreuses victimes de cette tragédie. Nous savons par expérience personnelle l’amertume d’une nation divisée, de familles déchirées, des droits de l’homme et de la démocratie, la liberté de la presse et la liberté d’opinion restreintes. Mais l’exemple allemand montre aussi que la Liberté finit par l’emporter.

Le souvenir de ce qui s’est passé reste important – comme le disait Richard von Weizsäcker – et nous fait voir le présent avec tous ses défis et ses difficultés.

30 avril 2020

Wolfgang Schäuble

 

* * *

Message de Rainer Eppelmann,

Ancien ministre de lintérieur de la République fédérale dAllemagne

Président de la Fondation fédérale dEtudes des dictatures.

 

Aux responsables de l’Association fédérale des réfugiés vietnamiens en Allemagne à l’occasion du 45e anniversaire de l’occupation du Sud-Vietnam le 30.4.2020

Chers membres et amis de l’Association fédérale des réfugiés vietnamiens en Allemagne,

En 2020, nous célébrerons le 30e anniversaire de notre unité. Le 3 octobre 1990, la division de l’Allemagne a pris fin après plus de quatre décennies. Cette date marque également la réussite de la révolution pacifique en RDA qui est sans précédente dans l’histoire.

Tout s’était passé à une vitesse folle : Dès l’automne 1989, le peuple de la RDA avait fait tomber la dictature du parti d’État communiste allemand par des manifestations de masse, renversé le Mur de Berlin, s’était démocratisé rapidement et avait finalement voté lors d’élections libres pour la réunification la plus rapide possible de l’Allemagne. Un an auparavant, personne n’aurait prévu ces énormes changements, absolument bouleversants, et qui prétend l’avoir fait aurait été taxé de rêveur.

Après tout, le régime du SED a régné sur les citoyens de la RDA pendant plus de 40 ans, les rendant inaptes en les endoctrinant, les faisant surveiller par la Stasi et les enfermant derrière du béton et des fils barbelés au sein d’une dictature. Et pourtant, en fin de compte, ce système autoritaire n’a pas duré.

En tant que militant des droits civiques de la RDA ayant pu contribuer au renversement de la dictature communiste et au changement démocratique en RDA et à la voie de l’unité allemande, je voudrais vous transmettre aujourd’hui l’une des expériences les plus importantes que j’ai faites dans ma vie politique : Les dictatures sont en contradiction fondamentale avec la nature libératrice de l’être humain. Ils sont contre nature, ils nous contredisent et nous ne nous y soumettrons jamais. C’est la raison pour laquelle les dictatures ne peuvent pas durer éternellement, même si cela nous semble être le cas après des décennies d’existence. Mais un jour, ils tomberont ! L’histoire de l’opposition à la dictature communiste en Allemagne nous montre de manière exemplaire que les pouvoirs en place, malgré tous leurs efforts, ne peuvent jamais supprimer complètement la libre pensée et la lutte pour la démocratie et les droits de l’homme, et que ces forces finiront par s’imposer inexorablement dès que les conditions politiques internes et externes évolueront en conséquence.

Trente ans ont passé depuis la révolution pacifique et l’unité allemande. Au cours de ces 30 années, notre pays s’est énormément développé et s’est également ouvert davantage sur le monde. Nous célébrons donc notre unité ensemble avec les millions de personnes qui – comme les « boat people” de Vietnam, par exemple – sont venues en Allemagne de différents horizons du monde il y a longtemps ou seulement récemment pour vivre dans notre pays pour des raisons très différentes. Beaucoup de ces personnes ont été expulsées de leur pays en raison de la violence et de l’oppression politique et cherchent maintenant de nouvelles conditions d’existence équitables pour elles et leurs familles dans notre démocratie.

En Allemagne, les jeunes, qui ont la possibilité de grandir dans la liberté et la démocratie, ont encore du mal à imaginer le sort des réfugiés, mais aussi les conditions terribles et les circonstances d’un régime autoritaire. Il est donc de notre responsabilité sociale de nous rappeler ce que signifiait la vie sous la dictature, que notre démocratie n’est pas une évidence, mais que nous sommes enviés par de nombreuses personnes dans le monde entier.

Il est donc également important de se rappeler que dans de nombreux pays aujourd’hui, il existe des dictatures et des régimes autoritaires qui suppriment la démocratie et la lutte pour la liberté. Malheureusement, c’est aussi le cas au Vietnam, un pays géographiquement éloigné de l’Allemagne, mais en même temps très proche de nous, où vivent de nombreuses personnes aux racines vietnamiennes.

Une chose est sûre : le kaléidoscope de l’observation historique devient plus coloré dans la société des immigrés. Bien entendu, cela s’applique également à la mémoire sociale et aux journées de commémoration qui y sont associées. Beaucoup de gens en Allemagne ne savent pas que le Sud-Vietnam a été occupé par l’armée nord-vietnamienne il y a 45 ans et qu’une dictature communiste s’y est installée.

Je voudrais donc profiter de cette occasion pour vous présenter mes salutations les plus sincères et mes meilleurs vœux pour l’avenir. En même temps, je voudrais vous demander et vous encourager à transmettre vos expériences de manque de liberté et de dictature et à rappeler au peuple allemand, d’où qu’il vienne, combien notre démocratie est précieuse et digne de protection!

30 avril 2020

Rainer Eppelmann

Grußwort Rainer Eppelmann

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print

Derniers articles