Réception au Parlement canadien sur le rôle du Vietnam dans la région Asie-Pacifique

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print
Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print

Le 27 octobre 2022, Viet Tan a organisé une réception au Parlement canadien, coprésidée par l’honorable Judy Sgro. Le thème de l’événement était la façon dont le Canada pourrait aider à faire progresser la paix et la prospérité dans la région Asie-Pacifique en soutenant les droits de l’homme et le changement démocratique au Vietnam.

Des députés du Parti libéral, du Parti conservateur et du Bloc Québécois ont assisté à la réception.

Vous trouverez ci-dessous le discours du directeur exécutif de Viet Tan, Duy Hoang.

***

Membres du Parlement et amis, merci de vous joindre à nous pour la réception d’aujourd’hui. Et merci à la députée Judy Sgro pour avoir coprésidé cet événement et pour son soutien de longue date aux droits de l’homme.

Je voulais vous faire part de la vision de Viet Tan pour le Vietnam, de la façon dont cette vision peut être liée aux intérêts du Canada dans la région indo-pacifique, et de ce que nous pourrions faire pour promouvoir nos intérêts communs – qui sont, selon moi, un Vietnam plus libre et plus démocratique.

Je pense que la meilleure façon de décrire le Vietnam d’aujourd’hui est de le comparer à un verre d’eau, à moitié plein à bien des égards :

  • un peuple dynamique, qui travaille dur
  • une situation stratégique
  • et, bien sûr, une excellente cuisine et une culture vivante.

Mais le Vietnam est aussi comme un verre d’eau à moitié vide :

  • avec un développement inégal
  • des niveaux accablants de corruption et de répression politique
  • des centaines de prisonniers politiques
  • et tant de contradictions : le gouvernement veut promouvoir une économie de la connaissance mais restreint l’accès à l’internet ; il parle du changement climatique mais détient les militants écologistes qui s’organisent pour le changement.

En résumé, c’est un pays au potentiel énorme, mais qui est freiné par un système autoritaire – à savoir un parti unique au pouvoir qui n’est plus marxiste, mais toujours très léniniste.

Ce n’est pas une nouveauté que le système politique du Vietnam est loin d’être idéal – il peut même sembler être un paradoxe que le reste du monde peut ignorer sans risque. Mais cette année, on nous a rappelé que l’autocratie ne pouvait pas disparaître. La façon dont un régime traite son propre peuple est très importante pour ses voisins immédiats et pour la communauté internationale au sens large.

Avec l’invasion de l’Ukraine, nous avons vu comment un tyran ayant une vision déformée du monde peut causer tant de souffrances à ses voisins, à son propre peuple et peut littéralement mettre en danger le reste du monde.

Et avec la Chine, nous avons vu comment un régime autoritaire est à la fois une menace pour les citoyens vivant à l’intérieur de ses frontières et pour l’ensemble de la région.

Heureusement, une grande partie du monde s’est ralliée à l’Ukraine – et de plus en plus de dirigeants apportent leur soutien à un Taïwan démocratique. Mais il existe un certain nombre de pays, peu respectueux des droits de l’homme, qui font obstacle au consensus international. La République socialiste du Vietnam est l’un de ces pays.

À chaque vote de l’Assemblée générale des Nations unies cette année condamnant l’invasion russe de l’Ukraine, les atrocités commises contre les civils et l’annexion illégale des territoires ukrainiens, le gouvernement de Hanoi s’est abstenu.

Il semblerait que les intérêts du Vietnam s’alignent sur un système international où les pays respectent la Charte des Nations unies et où les grandes nations n’intimident pas leurs petits voisins. Cependant, en raison de sa nature autocratique, le régime de Hanoi semble incapable d’agir dans l’intérêt national.

En effet, Hanoi déstabilise la région en planifiant des exercices militaires avec la Russie, en se rangeant du côté de la junte militaire du Myanmar et, plus récemment, en rejoignant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU pour blanchir les violations des droits de l’homme.Nous, Viet Tan, envisageons un Vietnam qui adhère aux normes internationales et à un ordre fondé sur des règles. Ce Vietnam serait le point d’ancrage d’une ASEAN plus libérale, qui pourrait à son tour contribuer à modérer les pires tendances de Pékin.

Un tel Vietnam attirerait plus facilement les talents et le soutien de l’importante diaspora vietnamienne – y compris les centaines de milliers de Canadiens qui sont des immigrants vietnamiens de première ou deuxième génération. Cette communauté pourrait servir de pont entre les deux pays, renforçant la position du Canada en tant que nation indo-pacifique et, en fin de compte, sa puissance.

Que pouvons-nous donc faire ?

Tout d’abord, ne pas donner de “laissez-passer” au régime de Hanoi. Cela signifie qu’il faut exhorter le gouvernement de Hanoi à respecter ses engagements internationaux ; il est maintenant membre du Conseil des droits de l’homme de l’ONU – ce rôle implique des responsabilités.

Deuxièmement, dénoncer davantage les violations des droits de l’homme. Par exemple, les députés pourraient envisager “d’accepter” un prisonnier d’opinion et de plaider pour sa liberté.

Troisièmement, entretenir une relation avec le peuple vietnamien. Le Canada a la possibilité de s’engager directement avec le peuple vietnamien, en soutenant la société civile vietnamienne indépendante. C’est un domaine dans lequel la mission diplomatique canadienne pourrait renforcer ses efforts actuels.

Alors que le Canada prépare sa stratégie indo-pacifique, nous sommes tous d’accord pour dire que le Vietnam a un rôle important à jouer. La question est de savoir quel Vietnam serait un partenaire plus fiable. Nous croyons qu’un Vietnam plus libre et démocratique est dans notre intérêt à tous.

Je vous remercie de votre soutien.

Duy Hoang

La députée Judy Sgro accueillant les participants
La députée Rachel Bendayan, membre de la commission des affaires étrangères
Duy Hoang, directeur exécutif de Viet Tan
Chris MacLeod, associé du cabinet Cambridge LLP et conseiller juridique de Viet Tan au Canada
Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print

Derniers articles