Dialogue et engagement pour les prisonniers d’opinion au Vietnam pendant la pandémie du COVID-19

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print
Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print

28 novembre 2020 par Viet Tan

Le 20 novembre 2021, plusieurs organisations vietnamiennes et internationale ont échangé avec le ministère allemand des Affaires étrangères sur les façons de soutenir des prisonniers d’opinion au Vietnam détenus dans des conditions pénitentiaires désastreuses, particulièrement pendant cette crise sanitaire inédite. Les organisations ayant pris part à cette réunion, en ligne du fait de la pandémie, étaient ACAT Allemagne, la Fraternité pour la Démocratie et Viet Tan.

Les deux membres d’ACAT Allemagne ont souligné les préoccupations en matière de droits humains entourant le procès des habitants de Dong Tam et ont présenté le cas d’autres détenus condamnés à mort. Des preuves de conditions de détention inhumaines, du recours généralisé à la torture et des exemples d’injustices ont été présentés. Selon un rapport, 19 des 29 accusés de Dong Tam ont été torturés pour obtenir des aveux.

Les représentants de l’ACAT ont demandé au ministère fédéral des Affaires étrangères de faire pression sur les autorités vietnamiennes pour un traitement humain des prisonniers et se sont enquis – en particulier au regard des lignes directrices de l’UE sur la protection des défenseurs des droits humains – des possibilités de visites supplémentaires dans les prisons et d’observations de procès.

Le Vietnam est l’un des pays avec le plus grand nombre d’exécutions au monde. Les condamnés à mort sont complètement isolés du monde extérieur. Ils sont menottés au moindre signe de risque de suicide ou d’autres dangers, y compris l’évasion. Leurs chaines ne leurs sont enlevées que 15 minutes par jour et le pied enchaîné est changé une fois par semaine. Les dates d’exécution sont tenues secrètes, de sorte que les prisonniers et leurs familles vivent dans une peur constante.

L’éminent avocat des droits humains Nguyen Van Dai de la Fraternité de la Démocratie a identifié trois cas spécifiques pour lesquels il a sollicité la sensibilisation du public et le soutien du ministère des Affaires étrangères. Il s’agit du pasteur Nguyen Trung Ton (12 ans de prison), M. Chau Van Kham (12 ans de prison) et M. Le Dinh Luong (20 ans de prison). L’avocat a également informé que les services secrets vietnamiens le maintenaient toujours sous surveillance en Allemagne et exerçaient indirectement des pressions sur ses activités de défense des droits humains en ligne.

Hoang Tu Duy de Viet Tan a fait un rapport sur la restriction de la liberté d’expression en ligne par les autorités vietnamiennes sur Facebook via la loi sur la cybersécurité.

Le ministère fédéral des Affaires étrangères a remercié les organisations non gouvernementales pour toutes les informations apportées ainsi que pour leurs suggestions et engagements. Dans le même temps, le ministère encouragé les avocats à faire avancer la question des droits de l’homme avec beaucoup de persévérance et de vigueur.

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print

Derniers articles