Dispute maritime : appel du Comité Suisse-Vietnam

Cosunam

26 mai 2014

Début mai, en installant sans avertissement une importante plate forme de forage pétrolier à l’intérieur de la zone maritime territoriale et économique du Vietnam, la Chine a délibérément violé la Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer (CNUDM/1982).

Pire, elle n’a pas hésité à faire usage brutalement de la force pour sécuriser la zone de forage la considérant, unilatéralement comme faisant partie de sa souveraineté territoriale, ignorant les importants contentieux et les négociations en cours depuis des années entre elle et les pays voisins.

Par cette attitude, la Chine a envenimé les conflits maritimes larvés depuis des années entre elle et le Japon, les Philippines, la Malaisie, le Brunei et le Vietnam. Et c’est le Vietnam communiste, pourtant son seul allié idéologique de la région mais maillon faible stratégique car sans alliance militaire, qui assume maintenant le lourd tribut de ce conflit.

JPEG - 54.1 ko

Pour les Vietnamiens, la situation en mer orientale d’Asie est choquante et inquiétante car elle a mis en lumière les contradictions et les incohérences du régime de Hanoi face à son grand frère de Pékin malgré ses gesticulations anti-chinoises et les cris d’orfraie destinés à l’opinion intérieure et internationale. En effet, comment garder l’indépendance et l’intégrité du pays sans recourir honteusement à une coalition avec les Etats-Unis et les autres pays voisins ? Comment encourager le nationalisme des Vietnamiens par des manifestations « spontanées » de protestation sans risque de débordements contre sa propre autorité ?

La Suisse, Etat de droit, ne peut rester insensible devant la force brutale de la Chine Populaire, pourtant membre du Conseil de Sécurité de l’ONU, pour faire valoir ses droits alors qu’un traité international et des négociations sont en cours.

Les autorités politiques helvétiques doivent aussi plus que jamais rester vigilantes aux violations des droits de l’homme que Hanoi a encore récemment intensifiées sous prétexte de maintenir l’ordre public et de préserver les investissements étrangers au Vietnam.

Dans ce contexte dramatique pour la nation vietnamienne, le Cosunam appelle les autorités de Hanoi à :

- ne pas utiliser les excès des manifestations publiques pour intensifier la répression contre les dissidents et opposants pacifiques ;

- prendre enfin conscience que seul un véritable Etat de droit et le respect des droits humains est le ciment d’une relation durable et harmonieuse entre ses propres citoyens et les Etats du monde.

Comité Suisse-Vietnam