Nguyen Van Oai arrêté

Front Line Defenders|29/01/2017|Actualités|

23 janvier 2017

Le 21 janvier 2017, la défenseur des droits de l’homme, Mme Tran Thi Nga, a été arrêtée dans la province de Ha Nam pour des accusations de propagande anti-État. Deux jours plus tôt, M. Nguyen Van Oai, défenseur des droits de l’homme, a été arrêté dans la province de Nghe An pour avoir « résisté aux fonctionnaires de service » et violer sa probation.

Tran Thi Nga est membre de Women For Human Rights vietnamien, un groupe qui comprend des Vietnamiens d’outre-mer souhaitant apporter un soutien, une formation et des encouragements à ceux qui défendent les droits de l’homme au Vietnam. Elle a également aidé ceux dont la terre a été confisquée par les autorités locales et a démontré à l’appui de la réforme démocratique. Elle a été visée à plusieurs reprises en raison de son travail sur les droits de l’homme et en 2015, elle a été battue par des policiers pour avoir célébré la libération d’un autre défenseur des droits de l’homme de prison.

Nguyen Van Oai est un activiste chrétien et journaliste citoyen qui a été condamné à quatre ans de prison en 2013 pour « tentative de renversement du gouvernement ». Il est cofondateur de l’Association des anciens prisonniers d’opinion catholiques. Après sa libération en 2015, il a été placé en probation administrative pendant quatre ans.

Le 21 janvier, Tran Thi Nga et son mari, Phan Van Phong, ont été arrêtés chez eux, dans la ville de Phu Ly, dans la province de Ha Nam. Tran Thi Nga a été inculpée, en vertu de l’article 88 du code pénal vietnamien, d’avoir « utilisé Internet pour diffuser des vidéos et des écrits de propagande contre le gouvernement de la République socialiste du Vietnam ». Dans les jours précédant son arrestation, Tran Thi Nga s’est plainte de l’intimidation croissante et du harcèlement contre elle par la police, y compris les environs de son domicile et l’empêchant physiquement de sortir de chez elle.La police a également empêché un voisin d’emmener les deux jeunes fils du couple à la ville pour leur acheter de la nourriture.

Vers 19 heures le 19 janvier, Nguyen Van Oai a été intercepté et arrêté par un groupe d’hommes non identifiés, plus tard identifiés comme des policiers, alors qu’il revenait d’une journée de pêche près de la commune de Hoang Mai, dans la province de Nghe An. Il a été accusé de résister aux fonctionnaires de l’Etat en service après avoir été accusé de rompre les conditions de sa probation en quittant sa localité sans d’abord informer les autorités locales. On ne sait pas où il est actuellement détenu.

Front Line Defenders est profondément préoccupé par les arrestations de Tran Thi Nga et Nguyen Van Oai qui, selon elle, sont uniquement motivées par leur travail légitime et pacifique dans la défense des droits de l’homme au Vietnam.

Front Line Defenders exhorte les autorités vietnamiennes à :

    1. Libérer immédiate et inconditionnellement Tran Thi Nga et Nguyen Van Oai, car Front Line Defenders croit qu’ils sont détenus uniquement en raison de leur travail légitime et pacifique dans la défense des droits de l’homme ;

    2. Abandonnez immédiatement toutes les accusations portées contre Tran Thi Nga et Nguyen Van Oai ;

    3. S’assurer que le traitement de Tran Thi Nga et Nguyen Van Oai, en détention, respecte les conditions énoncées dans l ’« Ensemble de principes pour la protection de toutes les personnes soumises à une forme de détention ou d’emprisonnement », adoptée par l’ONU Résolution 43/173 de l’Assemblée, en date du 9 décembre 1988 ;

    4. Accorder à Tran Thi Nga et à Nguyen Van Oai l’accès immédiat et sans entrave à leurs avocats ;

    5. Cesser de cibler tous les défenseurs des droits de l’homme au Vietnam et garantir en toutes circonstances qu’ils sont capables de mener leurs activités légitimes en matière de droits de l’homme sans crainte de représailles et exempts de toutes les restrictions, y compris le harcèlement judiciaire.

Source : Front Line Defenders