La fin imminente d’une nation

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print
Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print

FB Manh Kim – 27 octobre 2019

« Même si la mort nous attend, nous devons parti » Derrière l’image d’un pays « paisible », le Vietnam cache en réalité une insécurité majeure poussant les habitants à vouloir quitter le pays à tout prix. Plusieurs causes sont à l’origine de cette situation cependant les conséquences de certains faits récents au Vietnam reflètent un échec total du gouvernement vietnamien.

La majorité des vietnamiens voulant fuir le pays sont pauvres voire très pauvres avec peu ou pas beaucoup d’éducation. Pour espérer avoir une vie meilleure, ils n’ont pas trouvé d’autres solutions que de fuir le pays en payant très cher des réseaux clandestins.

Il n’y a pas de chiffres précis sur le nombre de vietnamiens qui fuient le pays. Mais selon L’Armée du Salut, une ONG aidant les migrants venant du Vietnam, de juillet 2018 à juillet 2019, le nombre de vietnamiens fuyant le pays est plus important comparé aux autres pays. En effet, L’Armée du Salut a travaillé avec 209 migrants vietnamiens. Ce qui traduit une augmentation de 248% de migrants depuis 5 ans. De même Ecpat (Organisme humanitaire contre le trafic et la prostitution des enfants) a constaté également une augmentation du nombre de migrants allant de 135 personnes en 2012 à 704 personnes en 2018 (The Guardian 25-10-2019).

Le Viêt Nam est l’un des pays « sources » de l’esclavage moderne en Angleterre. A minima 3 187 victimes vietnamiennes ont été recensées en Angleterre depuis 2009. De plus, en 2017, environ 362 jeunes victimes vietnamiennes ont été identifiés en Angleterre soit 1/3 de plus qu’en 2016 (Reuters 6-3-2019). Ces chiffres montrent que les gens n’ont pas forcément les fonds nécessaires pour quitter le pays avec toute leur famille et préfèrent donc envoyer leurs enfants seuls vers un pays avec une meilleure situation que celle actuelle au Vietnam.

La pauvreté n’est pas l’unique raison de leur départ. Beaucoup d’autres pays d’Asie sont aussi pauvres que le Vietnam : les Philippines ou certaine région de l’Inde par exemple. Cependant, pourquoi le Vietnam voit son taux de trafic d’humain illégal toujours augmenté ?

Ils passent généralement de l’Ukraine à l’Allemagne, de la France à la Pologne, de l’Angleterre aux USA, des Philippines à la Thaïlande.

La rapport Precarious Journeys : Mapping Vulnerabilities of Victims of Trafficking from Vietnam to Europe, long de 135 pages et rédigé conjointement par Anti-Slavery International, ECPAT UK & Pacific Links Foundation nous informent en détails les raisons qui les poussent à s’œuvrer dans des péripéties dangereuses voire mortelles par des organismes. Selon eux, l’économie, la politique, l’environnement et la culture assemblés sont les principales raisons de leur départ.

Ce cadre est très semblable à un autre pays, proche du Vietnam sur le plan économique et politique et dont qu’un grand nombre de personnes fuient également : la Chine. Quels sont les points communs entre ces deux pays ?

Tout d’abord, en aucun cas il ne faut se fier aux « manques d’informations à propos des victimes » pour donner raison aux organismes trafiquants illégaux. Il faut résoudre le problème sur le fond, trouver une solution adaptée à tous ces gens pauvres et redonner de l’emploi au peuple. Nul gouvernement sain et prospère renvoie la faute à son peuple, précisément aux plus pauvres. Et pourtant, c’est ce que fait en rejetant la faute sur les citoyens qui cherchent l’exil : « ce n’est pas la faute du gouvernement ».

Dans les contrés les plus pauvres, le quotidien des personnes a été aggravé par une importante pollution industrielle : la catastrophe Formosa. D’après le gouvernement vietnamien l’aciérie Formosa a pollué une zone de plus de 200 hectares de coraux, tuant jusqu’à 115 millions de poissons et impactant par conséquent la vie de 200 000 habitants dont 41 000 pêcheurs. A la suite de cette catastrophe, le gouvernement a transmis un communiqué sur les solutions adopté par ce dernier, pour les personnes ayant été touchées.

Cependant, ce « remède » ne semble pas résoudre le problème. Au contraire, un rapport « Precarious Journeys » indique que de décembre 2016 à mai 2018 – presque au moment où le gouvernement a déclaré avoir « réglé le problème » – le nombre d’immigrants illégaux originaires de Ha Tinh au Royaume-Uni a augmenté brusquement.

Encore une fois, trois mois avant son communiqué, le gouvernement a jugé Hoang Binh, l’un des militants qui avait fortement exprimé son opinion face à la crise de Formosa à une peine de 14 ans de prison. Il n’est pas naturel que les « libertés limitées » ait été mentionné par Precarious Journey comme l’une des raisons du départ de nombreux Vietnamiens. À l’heure actuelle, de nombreux Vietnamiens, pas encore recensé par aucune agence ou organisation, se cachent en Thaïlande et aux Philippines en tant que victimes de l’asile politique.

Indépendamment des causes poussant à quitter son pays. L’action du départ poussant parfois « à la mort aussi », n’a jamais cessée durant ce dernier demi-siècle dit de « Réunification ».

Ceci montre une chose ne pouvant plus être ignorée : « Le gouvernement en place est un gouvernement en échec ».

Pour maintenir le régime, le gouvernement a payé un lourd tribut lorsqu’il a « réussi » à imposer une politique d’éducation endoctrinée, mais a dû subir les conséquences d’une grande pénurie de talents.

Ils disent « réussir » leurs politiques de réduction de la pauvreté, mais ils augmentent surtout l’injustice à un niveau qui ne peut être pire.

Ils disent « réussir » l’orientation économique et appellent à l’investissement, mais restent tout de même indifférents ou impuissants face à la politique environnementale.
Ils disent “réussir” à créer des villes magnifiques, mais ne parviennent pas à prévenir la mort immédiate des personnes au bas de la société.

Ils disent « réussir » à créer une minorité fidèle mais ne parviennent absolument pas à établir la confiance de la majorité du peuple…

Quel avenir pour le pays ? Personne ne peut l’imaginer. Il est impossible d’imaginer l’avenir d’une nation et la façon dont elle vivra et se développera lorsqu’elle semble mourir et que la foi pour cette nation est morte.

Source : FB MANH KIM

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print

Derniers articles