L’UE sous pression pour durcir le bilan des droits du Vietnam

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print
Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print

David Hutt – 26 avril 2022

Depuis qu’une session de dialogue sur les droits de l’homme avec le Vietnam a été reportée au début du mois, l’Union Européenne a subi une nouvelle pression pour sévir contre l’État à parti unique, qui est souvent classé comme l’un des pires violateurs des droits de l’homme en Asie.

Le commerce bilatéral a bondi d’environ 13 % en 2021, en grande partie grâce à l’accord de libre-échange UE-Vietnam (EVFTA) entré en vigueur l’année précédente, qui a été salué par Bruxelles comme « l’accord de libre-échange le plus ambitieux jamais conclu avec un pays en développement ».

Une partie du discours de la Commission européenne aux sceptiques au Parlement Européen était que l’EVFTA obligeait le Parti communiste vietnamien au pouvoir à introduire plusieurs réformes, notamment sur les droits des travailleurs, et à ouvrir la surveillance aux groupes de la société civile. Beaucoup reconnaissent que c’était une fausse promesse.

L’EVFTA était censé apporter des améliorations aux droits de l’homme au Vietnam, « mais depuis la signature de l’accord en 2020, la répression contre les militants sociaux et environnementaux par les autorités vietnamiennes n’a jamais été aussi forte », a déclaré Maria Arena, députée européenne et présidente de la Sous-commission des droits de l’homme du Parlement Européen.

La répression en hausse

Jessica Nguyen, chargée de plaidoyer au The88Project, un groupe de surveillance, affirme qu’il y a au moins 207 militants et prisonniers politiques emprisonnés au Vietnam, le nombre le plus élevé de tous les États d’Asie du Sud-Est, et que les choses empirent.

Selon leur prochain rapport pour 2021, alors que le nombre d’arrestations et de procès en 2020 et 2021 était similaire, la sévérité des peines était bien plus importante en 2021. Sur les 32 militants jugés l’an dernier, 23 ont été condamnés à cinq ans ou plus de prison, alors que moins de la moitié des personnes jugées en 2020 ont été condamnées à des peines aussi longues.

Un dialogue bilatéral sur les droits de l’homme devait se tenir à Bruxelles au début du mois mais a été reporté parce que des raisons médicales ont empêché la délégation vietnamienne de voyager, a déclaré un responsable de l’UE. On ne sait pas quand aura lieu la séance.

« Nous partageons les préoccupations soulevées par la société civile concernant la situation des droits de l’homme au Vietnam », a déclaré Peter Stano, porte-parole de l’UE. « L’UE n’a cessé d’appeler les autorités vietnamiennes à libérer les détenus et à garantir le droit à un procès équitable pour tous les individus. »

« Nous continuerons à surveiller les droits de l’homme au Vietnam et à travailler avec tous ceux qui sont concernés pour l’amélioration de la situation », a-t-il ajouté. « Malgré les inquiétudes, nous pensons que l’UE doit continuer à dialoguer avec les autorités du pays et sur le terrain. La prochaine opportunité disponible est le dialogue sur les droits de l’homme. »

Politique commerciale « incompatible » avec les droits

Arena, la présidente de la Sous-commission des droits de l’homme du Parlement Européen, estime qu’il y a peu d’espoir que cette nouvelle session « apporte un quelconque changement sur le terrain si la Commission [européenne] continue de tolérer les violations flagrantes par le gouvernement vietnamien de ses obligations et engagements en matière de droits de l’homme. »

« Globalement, le Vietnam est un exemple clair que notre politique commerciale n’est pas compatible avec les objectifs de promotion des droits de l’homme et de l’environnement avec nos partenaires commerciaux », a-t-elle noté.

Camille Nessel, analyste à l’Université Libre de Bruxelles et à l’Université de Gand, a écrit sur la tentative de l’UE de créer ce qu’elle appelle un « récit éthique ».

« Dans le récit de l’EVFTA, les élites politiques du Vietnam sont largement ‘dé-diabolisées’. L’UE présente le Vietnam comme un pays en développement, aux prises avec des problèmes de développement, au lieu d’un État autoritaire », a déclaré Nessel à DW.

« L’EVFTA est présenté comme apportant le développement économique au Vietnam, et donc nécessaire pour lutter contre le ‘sous-développement’ au Vietnam », a-t-elle ajouté. « Dans le même temps, l’appareil politique autoritaire du Vietnam n’a de compte à rendre à aucune agence sur la situation des droits de l’homme au Vietnam. »

Dans le cadre de l’EVFTA, les deux parties étaient censées créer leur propre groupe consultatif national (DAG), une composante de la société civile pour permettre à des observateurs indépendants de surveiller la mise en œuvre de l’EVFTA, en particulier dans des domaines tels que les droits des travailleurs, les droits fonciers et l’environnement.

Bien que l’UE ait établi son DAG en décembre 2020, la partie vietnamienne n’a pas encore été formée. Le Vietnam « a traîné des pieds », a déclaré Nguyen, du The88Project, ajoutant que les réunions bilatérales ont dû être reportées en conséquence.

Les critiques appellent trop peu de changement

Pire encore, en juillet de l’année dernière, le journaliste Mai Phan Loi et l’avocat Dang Dinh Bach ont été arrêtés sur de fausses accusations d’évasion fiscale. Ils ont été condamnés respectivement à quatre et cinq ans de prison en janvier. Tous deux étaient membres du conseil exécutif du réseau VNGO-EVFTA, une version non officielle du DAG formée par plusieurs groupes de la société civile vietnamienne.

Ajoutant peut-être l’insulte à l’injure, les autorités vietnamiennes ont également arrêté en janvier l’éminent écologiste Nguy Thi Khanh, dont le projet de cinq ans financé par l’UE venait de se terminer.

Claudio Francavilla, du bureau européen de Human Rights Watch, a qualifié le DAG d’ « écran de fumée, de conte de fées ».

Non seulement on ne peut pas trouver de groupes de la société civile indépendants et enregistrés au Vietnam, a-t-il dit, mais le DAG est uniquement chargé de surveiller la mise en œuvre de l’EVFTA. Cette définition pourrait être étendue mais les autorités vietnamiennes ne le permettront pas.

« Malheureusement, une majorité d’eurodéputés ont été persuadés par l’UE et les entreprises d’avoir une très faible ambition en matière de droits de l’homme », a commenté Francavilla.

Mais ce fut le cas dès le début du processus. En 2019, des mois avant que le Parlement européen vote l’approbation de l’EVFTA, le célèbre journaliste indépendant Pham Chi Dung a été arrêté, soi-disant en raison de ses reportages sur le pacte commercial et les problèmes de droits de l’homme qui y sont associés. Il a été condamné à 15 ans de prison début 2021.

Édité par : Leah Carter

Source : DW

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print

Derniers articles