Facebook décrié par Reporters sans frontières pour avoir bloqué les publications critiquant le gouvernement vietnamien

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print
Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print

DPA – 31 octobre 2020

 

Le groupe pour la liberté de la presse Reporters sans frontières a accusé vendredi Facebook de bloquer les publications au Vietnam contenant des liens vers des articles de presse allemands critiquant le gouvernement.

Le journaliste vietnamien Trung Khoa Le, qui vit en Allemagne, a contacté le groupe après que quatre de ses postes aient été bloqués au Vietnam «en raison de restrictions légales locales» à la mi-octobre, selon un communiqué.

Reporters sans frontières a déclaré que les messages bloqués contenaient des liens vers un article du journal allemand taz sur l’implication d’un proche du ministre vietnamien de l’intérieur dans le trafic de drogue.

Un autre article lié à un article du radiodiffuseur allemand ARD sur un groupe de hackers du Vietnam qui aurait espionné des critiques du gouvernement en Allemagne.

Un représentant de Facebook a confirmé que certains liens étaient bloqués au Vietnam, ajoutant qu’opérer dans le pays au cours des derniers mois avait été «un défi particulier».

Facebook cherche à avoir un échange constructif avec les gouvernements des pays dans lesquels il opère, a ajouté le porte-parole, et vise à défendre la liberté d’expression dans le monde.

« Nous continuerons de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour nous assurer que nos services continuent d’être disponibles pour les personnes au Vietnam qui en dépendent au quotidien », a déclaré le porte-parole.

« Surtout dans les pays où la liberté de la presse est limitée, les médias sociaux tels que Facebook donnent à de nombreux journalistes la possibilité de faire des reportages librement », a déclaré Christian Mihr, directeur de Reporters sans frontières pour l’Allemagne.

« Facebook doit être conscient de cette responsabilité, reconnaître clairement la liberté de la presse et ne pas se plier aux éventuelles exigences de censure des régimes autoritaires », a-t-il ajouté.

 

Source : South China Morning Post

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on email
Share on print

Derniers articles